Qu’est ce que l’émétophobie ?

 

L’émétophobie est une phobie de vomir ou de voir et entendre une autre personne vomir. Pas un simple dégoût, mais une véritable détresse qui pousse à un évitement de toute situation à risque. 

Peu connue et pourtant !

Cette phobie est peu connue, et pourtant elle a été classé comme troisième des plus courantes par le Service sanitaire national britannique (NHS) après la phobie sociale et l’agoraphobie. 

Les personnes qui en souffrent parlent d’un sentiment de perte de contrôle et de peur que les vomissements ne s’arrêtent jamais. Un simple mal de ventre ou une nausée peuvent donner lieu à une crise d’angoisse.

Origine/ cause

Comme toutes les peurs et les phobies, l’émétophobie provient le plus souvent d’une peur dans l’enfance qui n’a jamais été dépassée. Peut-être un incident traumatisant dont l’individu a été témoin, ou une personne très malade autour de lui, peut-être eux-mêmes avoir été lui-même très malade à tel point que le souvenir soit particulièrement désagréable.

Quand survient une scène traumatisante chez l’enfant (généralement, entre 1 à 6 ans) l’inconscient va agir pour protéger l’individu en travaillant sur l’organisme pour éviter que les conséquences négatives ne se répètent. La façon dont cela fonctionne dans la pratique est que le subconscient lie les émotions négatives ou à, dans notre cas, des vomissements pour détourner la personne de situations « dangereuses ». Alors que l’inconscient fait tout cela dans le but de protéger, l’esprit conscient a du mal à savoir d’où ce comportement irrationnel provient.

 

Parfois le lien est encore plus inconscient, cette phobie peut être liée à un sentiment d’abandon très fort ; la perte d’un être cher, la perte d’un travail, la perte profonde de quelque chose qui tenait beaucoup à cœur.

Un processus intérieur se met alors en place, ne plus jamais perdre ce qui est au fond de soi, ce qui nous appartient ! 

 

Le rôle de l’hypnose

L’objectif de l’hypnose est d’identifier l’élément déclencheur. Elle se compose essentiellement d’un programme progressif de confrontations à la situation redoutée, d’abord dans un contexte rassurant par le travail de l’imagination, puis progressivement avec un entrainement à la gestion de l’anxiété. Cette exposition progressive entraine une diminution des réactions de peur et permet la disparition de la peur par désensibilisation.